Sacrée bouteille

Mondialement célèbre pour ses grands vins de Vosne-Romanée et son Montrachet, le Domaine de la Romanée-Conti vinifie aussi – on le sait moins – un Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits blanc dont l’histoire se rattache à celle, multiséculaire, du prieuré clunisien de Saint-Vivant de Vergy.

 

C’est en 1996, après avoir acquis le bâtiment en ruine du monastère de Saint-Vivant pour le sauver de la disparition, que le Domaine décide de vendanger des vignes attenantes, plantées en 1991 sur l’emplacement de l’ancien cimetière des moines.

 

Le pinot noir récolté n’est guère convaincant et les pieds en sont arrachés, mais la parcelle complantée en chardonnay, environ un demi-hectare, donne depuis 1996 deux à trois mille bouteilles d’un excellent Bourgogne Hautes-Côtes de Nuits blanc. Les raisins sont vinifiés au Domaine… c’est-à-dire, par un étonnant retour de l’histoire, précisément dans le vendangeoir des moines de Saint-Vivant, à Vosne, où le DRC s’est installé depuis quelques années.

 

Bouteille Face

 

La commercialisation de ces rares bouteilles, connues seulement de quelques initiés, contribue directement, grâce à la générosité du Domaine, à la sauvegarde et à la restauration du monastère de Saint-Vivant, fondé avant l’an Mil puis transféré en Bourgogne et devenu au XII° siècle l’un des grands prieurés clunisiens.

 

Le temporel du prieuré incluait notamment sur le finage de Vosne les vignes des futurs climats « Romanée Conti » et « Romanée Saint-Vivant », mais on ignore à ce jour si des vignes situées dans le voisinage immédiat du monastère étaient cultivées au Moyen-Âge.

 

DRCVueF

 

C’est en tous cas face à aux vignes de Romanée Saint-Vivant, qui bordent d’un côté la cour de l’ancien vendangeoir, que Jean-Charles Cuvelier, administrateur du Domaine a accepté de nous recevoir pour nous conter la genèse de cette discrète cuvée à la noble ambition.

 

 

Bouteille Dos

 

Vignes et ruines des moines de Saint-Vivant

 

Dans deux ans la visite de l’abbaye de Saint-Vivant devrait être ouverte au public. En attendant, les travaux, entrepris sous la conduite de l’architecte Christian Laporte, ne sont accessibles qu’aux visiteurs munis d’une autorisation.

 

 

Sur l’histoire du Prieuré de Saint-Vivant voir l’article très complet de Pierre.

 

Sur le chemin des moines

Chemin-des-moines2

 

Le chemin, long de 10 km dans une zone très vallonnée passe entre les deux parcelles de Romanée Saint-Vivant, vers la Romanée Conti, puis au dessus de la Tâche, par les bois, et monte jusqu’à l’abbaye de Saint Vivant sur la colline de Vergy.

 

Cette marche a été instituée depuis dix ans et elle attire de plus en plus de monde. En 2015, l’en-cas offert aux courageux marcheurs – récompense de la route – a été arrosé d’une Romanée Saint-Vivant, millésime 2003, courtoisie du Domaine.

6 Comments
  • Passionnant article 😉 Merci

    21 avril 2016 at 09:55
    • ViaVinea
      Répondre

      Merci, l’interview était effectivement passionnante 😉

      22 avril 2016 at 12:59
      • Good to see a taenlt at work. I can’t match that.

        12 août 2016 at 01:16
  • Merci et à bientôt sur site… pour un pèlerinage chargé de valeurs et de traditions

    29 juin 2016 at 19:45
    • It’s worufnedl to have you on our side, haha!

      12 août 2016 at 01:09
  • Au plaisir de vous rencontrer … merci pour vos précieuses productions . Didier BLANC Entre Deux Verres

    29 juin 2016 at 19:47

Post a Comment